Collège International des Infirmières Conseillères de Santé

Les infirmières dans une démarche de soins relationnels et de bien-être

Articles Récents

conférence de Guy Chouraqui

 

Conférence de GUY CHOURAQUI, physicien, maître de conférence .

Plan de la conférence :

-  D’où je parle : qui je suis et à quel titre suis -je ici ce soir ?
-  Introduction
-  Energie
-  Ouverture
-  Morale

D’où je parle :

J’ai exercé 20 années en physique nucléaire et 20 autres années passées à ... " m’en soigner" !!!.

Passionné d’histoire des sciences, d’informatique, de communication ... , je propose des formations sur : l’organisation, le -management, la méthodologie de résolution des problèmes, sur la cohésion d’équipe, j’enseigne l’éducationthérapeutique (diabète...)

Etre un professionnel de santé c’est : Communiquer. Communiquer avec son malade....

Introduction :

Se récréer pour se re-créer, le jeu de mots est intéressant. Mais c’est trop facile, est-ce une recette magique ?

Une création qui peut s’accompagner de récréation serait de la magie. Ce n’est pas rationnel. Ce n’est pas « OK ».

Il est important de choisir ce que l’on met sous le terme : « se re-créer ». Se re-créer , c’est :
-  Se ressourcer,
-  Se détendre,
-  Se distraire, se divertir,
-  Changer d’air, changer d’idée,
-  ou encore se refaire un stock d’énergie, se regonfler, se re motiver.

Il y a donc certaines limites au mot se recréer.

Se récréer ou se divertir évoque le divertissement selon Blaise Pascal :

« S’il [le roi] est sans divertissement, et qu’on le laisse considérer et faire réflexion sur ce qu’il est, cette félicité languissante ne le soutiendra point, il tombera par nécessité dans les vues qui le menacent, des révoltes qui peuvent arriver, et enfin la mort et des maladies qui sont inévitables de sorte que, s’il est sans ce qu’on appelle le divertissement, le voilà malheureux et plus malheureux que le moindre de ses sujets, qui joue et se divertit. »

« Qu’on laisse un roi tout seul sans aucune satisfaction des sens, sans aucun soin dans l’esprit, sans compagnie, penser à lui tout à loisir, et l’on verra qu’un roi sans divertissement est un roi plein de misères. »

Le divertissement dont il parle inclue la satisfaction des sens... Le roi solitaire est plein de misères... Les citations prises sont sorties de leur contexte. Le roi est environné de gens qui l’empêche de penser à lui. Pourquoi est-on malheureux quand on pense à soi ? Quand on pense à soi on pense à la nature même de l’homme qui est la mort.

Selon Pascal le divertissement nous empêcherait de penser que le malheur naturel de notre condition est d’être faible et mortel. L’homme est si malheureux qu’il s’ennuierait même sans cause d’ennui. Ce serait se débarrasser à peu de frais de l’absurdité de l’homme. Le divertissement au sens de Pascal ne peut nous aider beaucoup à nous récréer.

A ce moment de la conférence Mr Guy Chouraqui propose une énigme récréative sous la forme d’un jeu. Tout d’abord il dessine un « objet impossible » sur le tableau, puis crée cet objet grâce au pliage d’une feuille de papier. Le public est suspendu au résultat de ce jeu. A ce moment, l’écoute (qui aurait pu être de médiocre qualité), est à son comble. Le public est captivé.

Ceci pour démontrer que se récréer agit sur le fonctionnement de l’humain. Elle capte l’attention. La « récréation » est l’effet magique qui se passe dans le cerveau.

Du point de vue de la « re-création », l’effet est nul. Seulement cela sert à redonner de l’énergie, de l’ouverture, du moral. En cela c’est intéressant.

Energie :

La récréation peut rendre service pour « recharger ses batteries ».

Reprenons l’exemple « l’objet impossible ». Dans ce jeu, quelque chose nous intrigue pour faire fonctionner nos neurones. La magie se passe dans notre cerveau, il n’y a pas de magie dans l’objet.

Nous avons passé un quart d’heure à nous divertir, à nous récréer, mais nous ne nous sommes pas re-créés, par contre nous avons récupéré de l’énergie.

Se récréer donne de l’énergie !! .... Est-ce vrai ? Le changement donne de l’énergie. Quand l’énergie baisse, changer d’activité fait remonter l’énergie , il est intéressant d’alterner les activités autant avec des adultes qu’avec des enfants, activités intellectuelles et physiques, travailler seul ou en groupe, dans un lieu fermé puis en plein air.

Pendant des années, j’ai enseigné. Je donnais des cours pendant 8 heures, le soir j’étais épuisé. Malgré cela, pour rendre service, je donnais des cours du soir. J’aurais pu y aller en traînant des pieds, mais non, à 20h j’étais en forme. Pourquoi ? Parce que le fait de changer d’activité (personnes, lieux) me redonnait de l’énergie. Ce n’est pas de la magie.

Ce sont des mécanismes neurophysiologiques. Il suffit qu’il y ait une « barre » entre les 2 activités pour que cela fonctionne.

La magie de la récréation fonctionne quand il y a changement. Dans le dictionnaire ; Re-créer ou ré-créer c’est le même mot : RE + Créer : Refaire. Ce sont les habitudes qui mettent un accent ou pas.

D’un point de vue neurophysiologique, il y a cinquante ans on estimait que c’était uniquement un courant électrique. Le courant passait d’un neurone à un autre.

Chaque neurone est associé à un nombre impressionnant d’autres neurones. Les interconnections sont infiniment plus riches. Prenons le miracle de l’apprentissage du langage : quand l’enfant dit : « j’ai prendu un bain » cela signifie qu’il a compris tout le système, il ne répète pas ce qu’il a entendu comme un perroquet.

L’enchevêtrement des molécules permet de comprendre un tas de chose. Par exemple, nous pouvons constater que le stress peut diminuer les performances, les potentialités du cerveau. Les hormones du stress sont capables de détruire la mémoire par le simple jeu de l’hippocampe. Diminuer le stress recrée des possibilités de mémorisation.

Se récréer permet de réduire le niveau de stress.

Ouverture :

Se ré-créer, peut être une « ouverture » dans le sens ou cela permet de se recréer un stock d’idées, en appréhendant par exemple une nouvelle culture, une autre manière de voir les choses, trouver des solutions....

Cela peut-être pour une équipe un modèle de cohésion.

La solution qui « semble venir de nulle part » peut survenir suite à un changement d’activité, c’est-à-dire d’une « récréation ».

Les solutions proviennent facilement dans un changement d’activité. Le cerveau se « met au vert » pour pouvoir trouver la solution. Il s’agit de voir autrement, d’utiliser les hasards.

Moral : Se recréer un stock de courage.

La récréation permet de prendre du recul. Quand on a « le nez dans le guidon », la récréation permet de prendre du recul. C’est une nécessité. Elle permet alors de développer sa capacité à s’estimer, à s’aimer. Elle permet la résilience individuelle.

La flexibilité permet de remonter la pente : on ne recrée pas une personne mais on recrée les conditions pour lui permettre de remonter la pente. L’expression « remonter la pente justifie l’exagération du mot : se re-créer dans le sens ou l’on peut re-créer son mode de fonctionnement dans la vie.

Mais attention !!!!! Trop recharger les batteries peut conduire au « burn out », à l’épuisement !!!

On ne peut pas se re-créer à l’infini, « bricoler », manipuler » grâce à la récréation. Attention de ne pas dépasser des limites humaines. Attention de ne pas tomber dans des visions faciles.

La méthode Coué par exemple : « un peu de courage que diable ! ». L’appel à la volonté chez une personne épuisée, usée, peut avoir des conséquences dramatiques. Cela peut plonger la personne dans le désespoir, la renvoyer à son problème puisque c’est soi-disant facile et qu’il n’y arrive pas.

Faites attention à ceux qui disent qu’ils savent !

L’effet mémoire : Si vous rechargez vos batterie à -10% elles retrouvent leurs capacités , si vous les rechargez quand elles sont peu déchargées elles perdent leur capacité de mémoire 100%.

Pour l’humain ce n’est pas tout à fait pareil, on ne se fait pas de mal à recharger nos batteries avant qu’elles ne soient trop basses. Je crois que le monde fonctionne selon des lois rationnelles mais je ne peux pas le prouver !

Je crois que le rire, le divertissement, s’amuser d’un rien, a une vertu réparatrice . J’y crois très fort mais je ne sais pas si c’est vrai.

Conclusion :

Quand une personne utilise quelque chose qui ressemble à la science : attention !!! Le sujet dont nous nous occupons avec la complicité de son psychisme, la conscience,l’inconscient , sont des objets flous. Ils ne sont pas propices aux expériences scientifiques.

( Vous pouvez consulter le site de Guy Chouraqui :http://mapage.noos.fr/guychou/ En tapant guy chouraqui dans Google, et cliquez « j’ai de la chance ».)